Compair Bouki avé Compair Dahomey

par Pa Lindor

le 27 avril 1878, Le Meschacébé.


     Compair Bouki té avé gagné onze piti avé so famme, et li mem ça té fé terèze. Li souvan zonglé limiro cila a porté li malor. Ein zané la pli si tan tombé et li fé si tan sec, so récolte manqué. Tou lé zou gran bon matin, li pran so fizi couri la chache. Zafair couri assé ben dan comanceman; bambail zibié tou faroucé et parti dan lot péhie. Ein zou partou dan clos, dan zerbe, dan zéronce, dan diboi: arien! Soleil apé baissé, li tourné vini. Li zonglé li mem: “Cabanne plin piti, pa arien pou manzé, ça ma fé pou Bon Djié, li lévé so la tête, et li rêté drette. So jiés té apé cléré on ein gro popa carencro ki té jouké on ein vié diboi sec apé singho avé so la tête en bas so zèle. “Yé di carencro gagné la loi,mé cila pa gagné témonan.” Li armé so biscaïen, vizé ben, tiré boum; carencro capoté: wap! Compair Bouki plimé li, coupé so la tête avé so pate, mété li dan so canassière et parti couri divan.
     Navé ein vié famme riche, yé té pélé Madamme Ranhoutan, ki té gagné ein gro bande moutons. Compair Bouki pran chimin so bitacion. Tan li proché la mison, li ouâ vié Madamme assitte divan so la porte. Li comancé chanté. Madamme Ranhoutan lévé la tête:
     — Eh! Compair Bouki, vou ben en train jordi; fé bon la chache?
     — Pa si tan, zoli Madamme; mo tchoué jiche ein denne chowage.
     — Denne chowage! cé miyor zibié na dan diboi. Mo té ben olé gagné eine.
     — Ma donne vou cila pou vou zétrenne.
     Et li sorti so carencro dan so canassière.
     — Coman, li tou plimé, Compair Bouki?
     — Oui, Madamme, mo té gagné li tou paré pou mété dan chouguère.
     — Gran merci! ma couri fé gombo tou souite.
     Compair Bouki ramassé jeine chougra avé chadron on bord chimin et tan li rivé côté so cabanne, li di so vié famme:
     — Fé gombo vert, mo vieil; cé jordi vandrédi, no va fé mègue, Bon Djié a idé nouzote.
     Landimin, Compair Bouki pa couri la chache; li rêté tou la zournée apé zonglé. Tan soleil coucé, li pran ein gran sac et parti couri côté Madamme Ranhoutan. Li charé li tou sel: “Mo cré mo ben compliké tou zafair cila mo olé fé; si Djiabe pa mêlé, tou kichoge a marché drette.”
     Madamme Ranhoutan té dijà soupé et té apé couri frêmé so la porte, tan Compair Bouki rivé.
     — Ki nouvel, Compair Bouki? Li ben tard et vou apé fé lougarou?
     — Mové nouvel, bon Madamme; mo famme et mo piti tou malade; na pa arien pou manzé dan cabanne.
     — Pove Compair Bouki! vou té pa doi donne mouen vou denne chowage; vou tro bon tchor. Vini dimin bon matin, ma donne vou ein mouton.
     — Dimin mo pa gagné tem, bon Madamme; si vou té capab donne mouen li asoâ, mo té ben contan.
     — Mo dijà frêmé yé, Compair Bouki, n’a si tan cokins dan tan jordi. Cé tégal, ma donne vou la clé mo gran lécurie, vou vouri pran ein mouton.
     Compair Bouki ki té dijà koné tou zesse bitacion là, couri drette côté, trapé ein mouton, mété li dan so sac et maré li ben. Li mété la clé dan so poche capo et parti galopé, tombé dan trou la boue au ra pi. Tan Madamme Ranhoutan ouâ so gran la barbe tou plin la vase, li bligé ri.
     — Pou Bon Djié, Compair Bouki, vou samblé Djiabe!
     — Malor rivé mouen, zoli Madamme. Mo té apé galopé porté vou la clé; li fé si tan noâ, mo bité au ras pi, capoté dan trou la boue, la clé chapé dan mo la min et calé dan pi!
     Madamme Ranhoutan pa ri anco; li sagrin pou so la clé.
     — Ma zonglé ça pou fé. Bonsoâ, Compair Bouki.
     Compair Bouki té si kontan li dansé rigodon, kounjail et bamboula. Li couri pran so mouton ki té apé jigotté dan sac, apécrié: bê! bê!
     Dimin bon matin, Madamme Ranhoutan té pa koné ki pou fé.
     — Mo croa mo vo mié couri ouâ Compair Dahomey.
     Compair Dahomey té ein vié zancien nègue guinain ki té rêté lot côté bayou.
     Tan Madamme Ranhoutan rivé, Compair Dahoumey té dijà boa so café, manzé so janicake et li té apé fimé so caçambo.
     — Bonzou, Compair Dahoumey.
     — Ah! cé vou, comaire Ranhoutan! Vou ben matinal, jordi.
     — Oui, mo vié zami; mo la clé tombé dan pi et mo vini mandé vou idé mouen trapé li.
     — Na couri ouâ ça.
     Li pran so bâton et parti couri avé Madamme Ranhoutan. Tan yé rivé côté pi là, Compair Dahomey pran ein la ficel dans so poche, maré ein caïou dan lot boute et li calé li dan pi. Li halé li anco et misiré li avé so pié droite. Li soucouyé so la tête.
     — Pi là gagné douze sept pié dolo. Mo espèce bâtir forgeon; ma pli vite fé vou ein lot la clé passé trapé cila.
     — Fé com vou olé, Compair Dahomey.
     Compair Dahomey ramassé ein morceau la terre gras, couri pran gabari serrure-là et avan dix hères soné li dijà bâclé ein vagnan la clé.
     Compair Bouki li té fé so frico et li avé so famie manzé yé vante plin tou la zournée. Dan troi zou mouton fini. La nouite vini, li pran so sac avé so la clé et couri charché ein lot mouton. Zafair boulotté ben pandan troi simaines. Compair Bouki ri dan so la barbe kan li ouâ tou so zanfans vini gra com coçons langré.
     Ein soâ, Madamme Ranhoutan couri frêmé so bétail, et li zonglé:
     — Samblé mouen mo tas moutons apé vini piti, poutan na pa ki krêvé.
     Li conté yé: navé quarante-douze. Dimin bon matin li couri lâché yé, conté anco: navé quarante-onze. Compair Bouki té vini la nouite ôté ein lotte. Madamme Ranhoutan gardé tou partou, lécurie pa défoncé. Li couri conté so sagrin à Compair Dahomey.
     — Ma fé mo sain possibe pou trapé vou cokin, mo comaire.
     Tan soleil coucé, Compair Dahomey couri caché au ra lécurie Madamme Ranhoutan; la nouite passé, li pa ouâ arien. Dimin soâ, li vini anco, arien. Apé dimin soâ, côté dix hères, li ouâ Compair Bouki rivé, apé gardé côté-ci côté-là, ouvert la porte et sorti tout a l’hère avé ein mouton dan so sac on so do, frêmé la porte et mêté laclé dan so poche.
     Dimin bon matin, Compair Dahomey couri trouvé Madamme Ranhoutan.
     — Eh ben! mo vié camaire, Compair Bouki malin passé mo té croâ. Li gagné vou la clé et cé li ki apé volé vou moutons.
     Madamme Ranhoutan té si tan bazourdi, li manqué trapé ein lataque troisie
     — Et vou pa mèté li dan prison, Compair Dahoumey?
     — Ma fé mié passé ça, mo comaire; mo olé sterminé li avé tou so famie. Vou don mouen pli gran la peau po mouton vou gagné; dan troi zou va ouâ ki mo coné fé.
     Apré dimin soâ, Compair Dahomey rivé.
     — Vou frêmé mouen avé vou moutons dans lécurie; dimin don matin va tandé nouvel.
     Compair Dahomey habillé li ben avé so la po mouton et coucé au ra la porte. Côté dix nef hères, Compair Bouki ouvri la porte tou douceman. Tan li rentré, li bité on Compair Dahomey ki crié bê! Compair Bouki voyé so griffe on li et halé li dan so sac, mété li on so do et parti couri.
     — Mouton cila doi gra pou mem; li pli lour passé eine mo dijà pran.
     Tan li rivé dans so cabanne, tou zafair té paré pou bouceri. Li ben frêmé la porte et démaré so sac. Compair Dahomey sauté droite diboute avé so boulknife ki té filé com razoa.
     — Paillé, mo viel! grimpé en l’air, mo zanfans! Djiabe dan cabanne.
     Avan Compair Dahomey té gagné tem trapé eine, tou Boukis yé té croché en l’air apé solivo.
     — Bambail, ouzote gagné pou lâché; ma pé guété.
     Piti dergné li pa boucou for, li vini lasse tousouite, et li tombé bap! Compair Dahomey coupé so cou. Et piti yé tombé eine dan lot, Compair Dahomey touzou, jika dan disse minutes navé jiche Compair Bouki avé so pli vié garçon ki rêté. Compair Bouki di li tou douceman:
     — Mo cher garçon, mo olé sové nouzote la race. Ma sauté on vié Djiabe-là et fé batail avé li; toi to coné chappé.
     Compair Bouki balacé ben et tombé drette on Compair Dahomey et yé tou dé roulé en planché. Avan Compair Dahomey té gagné tem coupé vié Compair Bouki so cou, jeine-là dijà ouvri la porte et chappé dan diboi.
     Cé cofair la race Compair Bouki là jikà jordi.

Retour à la bibliothèque Tintamarre