Etrange coïncidence

(anonyme)


Le colonel Ferrier (prononcez en anglais keurnel) et l’abbé Châlons ont chacun fait la nuit dernière le rêve suivant qu’ils racontent, ce qui est non moins étrange, à peu près de la même manière. Ce rêve nous rappelle celui de Patrice. Le voici:

RÊVE DE L’ABBÉ

 Cette nuit je songeais que de mal consumé,
Côte à côte d’un noir, on m’avait inhumé.
Ne pouvant supporter cet affreux voisinage,
En mort de qualité, je lui tins ce langage:
Retire-toi coquin! va pourrir loin d’ici,
Il ne t’appartient pas de m’approcher ainsi.
Coquin! ce me dit-il, d’une arrogance extrême;
Va chercher les coquins ailleurs, coquin toi-même;
Ici, tous sont égaux, je ne te dois plus rien,
Je suis sur mon fumier comme toi sur le tien.
Et pourtant sans songer au ver qui nous dévore
Comme à l’église ici tu m’insultes encore.



Le songe du colonel est le même à l’exception des deux derniers vers conçus comme suit:
 


Un simple nègre ici vaut bien ne t’en déplaise
Un brillant colonel de brigade française.

 (mardi, le 19 mai 1863)

Retour à la bibliothèque Tintamarre