<<  Retour au XVIIIe siècle

Cliquez sur un mot-lien et vous verrez une explication.


Le Chien coupable

Florian, Jean-Pierre Claris de

Mon frère, sais-tu la nouvelle ?
Mouflar, le bon Mouflar, de nos chiens le modèle,
Si redouté des loups, si soumis au berger,
Mouflar vient, dit-on, de manger
Le petit agneau noir, puis la brebis sa mère,
Et puis sur le berger s’est jeté furieux.
Seroit-il vrai ? – très vrai, mon frère.
– À qui donc se fier, grands dieux !
C’est ainsi que parloient deux moutons dans la plaine ;
Et la nouvelle étoit certaine.
Mouflar, sur le fait même pris,
N’attendoit plus que le supplice ;
Et le fermier vouloit qu’une prompte justice
Effrayât les chiens du pays.
La procédure en un jour est finie.
Mille témoins pour un déposent l’attentat :
Récolés, confrontés, aucun d’eux ne varie ;
Mouflar est convaincu du triple assassinat :
Mouflar recevra donc deux balles dans la tête
Sur le lieu même du délit.
À son supplice qui s’apprête
Toute la ferme se rendit.
Les agneaux de Mouflar demandèrent la grâce ;
Elle fut refusée. On leur fit prendre place :
Les chiens se rangèrent près d’eux,
Tristes, humiliés, mornes, l’oreille basse,
Plaignant, sans l’excuser, leur frère malheureux.
Tout le monde attendoit dans un profond silence.
Mouflar paroît bientôt, conduit par deux pasteurs :
Il arrive ; et, levant au ciel ses yeux en pleurs,
Il harangue ainsi l’assistance :
Ô vous, qu’en ce moment je n’ose et je ne puis
Nommer
, comme autrefois, mes frères, mes amis,
Témoins de mon heure dernière,
Voyez où peut conduire un coupable désir !
De la vertu quinze ans j’ai suivi la carrière,
Un faux pas m’en a fait sortir.
Apprenez mes forfaits. Au lever de l’aurore,
Seul, auprès du grand bois, je gardois le troupeau ;
Un loup vient, emporte un agneau,
Et tout en fuyant le dévore.
Je cours, j’atteins le loup, qui, laissant son festin,
Vient m’attaquer : je le terrasse,
Et je l’étrangle sur la place.
C’étoit bien jusques là : mais, pressé par la faim,
De l’agneau dévoré je regarde le reste,
J’hésite, je balance... à la fin, cependant,
J’y porte une coupable dent :
Voilà de mes malheurs l’origine funeste.
La brebis vient dans cet instant,
Elle jette des cris de mère....
La tête m’a tourné, j’ai craint que la brebis
Ne m’accusât d’avoir assassiné son fils ;
Et, pour la forcer à se taire,
Je l’égorge dans ma colère.
Le berger accouroit armé de son bâton.
N’espérant plus aucun pardon,
Je me jette sur lui : mais bientôt on m’enchaîne,
Et me voici prêt à subir
De mes crimes la juste peine.
Apprenez tous du moins, en me voyant mourir,
Que la plus légère injustice
Aux forfaits les plus grands peut conduire d’abord ;
Et que, dans le chemin du vice,
On est au fond du précipice,
Dès qu’on met un pied sur le bord.